Joe Trim Sundried Athlète Ambassadeur Cyclisme

Joe est un jeune triathlète qui a été sportif toute sa vie. Il parle à Sundried d'apprendre de ses erreurs et de son aspiration à devenir le prochain Alistair Brownlee.

Avez-vous toujours été dans le sport?

Je me suis adonné à la natation depuis mon plus jeune âge, mais je l'ai utilisé plus comme un moyen de loisirs qu'autre chose jusqu'à l'âge de 12 ans environ. À cet âge, j'ai commencé à m'impliquer dans des galas locaux dans lesquels j'ai développé un amour pour la course. Je n'ai jamais perdu. Pendant l'hiver de la 8e à l'école, je me suis impliqué dans la course de fond dans laquelle j'ai trouvé un talent presque naturel car j'avais gardé un niveau de forme raisonnablement élevé de ma natation et depuis, j'ai eu un désir presque inné de m'améliorer.

Qu'est-ce qui vous a poussé à vous inscrire au triathlon?

Après quelques années de compétition en natation et en course à pied, je suis arrivé à un certain niveau auquel j'étais confronté à une décision à prendre - que ce soit de poursuivre un niveau de compétition plus élevé en natation ou en course à pied car il n'était pas réaliste de courir. grandeur dans les deux. En raison de mon amour pour les deux disciplines, je n'ai pas pu franchir le pas pour abandonner l'une d'entre elles, ce qui nous amène au cyclisme. À l'époque, j'étais un vététiste passionné, utilisant le parcours olympique à Hadleigh la plupart des week-ends avec quelques-uns de mes amis, mais ce n'était évidemment pas ce qui était nécessaire. J'ai donc décidé de faire la transition de la montagne à la route, ce que j'ai adoré dès la première fois que je l'ai essayé et j'ai rapidement poursuivi des segments de Strava tout autour de l'Essex, ce qui est très amusant! Quand j'ai pris du recul, j'ai réalisé que je pouvais concourir dans les trois disciplines à un niveau élevé. Il semblait que la seule option logique qui restait était d'entrer dans le monde du triathlon - en faisant le premier pas presque immédiatement en rejoignant le club de triathlon d'East Essex.

Quelle a été votre meilleure course à ce jour?

Ma première course s'est avérée être la meilleure que j'ai eue. Ce sont les championnats nationaux anglais auxquels j'ai participé à l'heure de clôture des inscriptions. Naturellement, j'appréhendais beaucoup cette course car je n'avais jamais participé à un triathlon avant et encore moins à un triathlon de ce calibre, mais cela s'est avéré être un succès total. J'ai plongé profondément dans la nage et j'ai été choqué quand je me suis retrouvé en tête à la sortie de l'eau. J'ai maintenu cette avance tout au long de la transition, au cours de laquelle je l'ai ensuite perdue de plus d'une minute en raison de mon manque de connaissances et de formation en matière de transition. Puis, à la 3ème place, je suis entré dans l'étape cycliste de la course qui avait bien commencé mais m'a vite appris que c'était là que je devais viser le plus d'amélioration car, à la fin de cette étape, je me retrouvais à la 23ème allure. En arrivant dans la course, je me sentais frais et j'étais capable de me pousser assez fort pour regagner quelques places et j'ai fini par courir un 17:12 5 km, terminant à la 18e place au général.

Et votre plus grande fierté?

Ma plus grande fierté a également été celle des championnats nationaux anglais, car j'ai découvert plus tard que j'étais 2e dans la catégorie des moins de 20 ans et première dans ma propre catégorie des moins de 18 ans.

Avez-vous déjà eu des catastrophes de course / votre course la plus difficile à ce jour?

Mes seuls désastres de course se sont produits dans la course, ce qui en a fait ma course la plus difficile à ce jour. C'était lors de la course de la série Trifarm sprint en juillet - j'ai eu une bonne nage, sortant de l'eau à la 2e place et une transition encore meilleure en sortant premier dans la jambe de vélo. Seulement 5 minutes après le début de la course, ma pire peur est devenue une réalité - ma chaîne était tombée en montée. Après un arrêt rapide, j'ai réussi à remettre la chaîne en place sans trop de problèmes et quand je suis remonté sur mon vélo, j'étais à la 3e place. Le désastre suivant est survenu au début de la course où j'étais sorti trop vite en essayant de chasser le leader qui poussait trop fort mes jambes, me forçant à ralentir pendant quelques kilomètres pour retrouver une bonne forme de course.

Comment surmontez-vous les revers?

Depuis le début des triathlons, j’ai rencontré un certain nombre de blessures allant des muscles tirés aux attelles du tibia. Pour moi, les revers sont soit mon équipement, soit mon attitude mentale. Je cherche toujours le meilleur équipement et je m’assure qu’il fonctionne aussi bien que moi et je m’assure que mon régime d’entraînement est flexible pour répondre à toute blessure ou circonstances externes qui peuvent m’interdire de m’entraîner. J’ai également lu de nombreuses biographies d’autres athlètes professionnels sur leurs revers personnels et comment ils se sont remis d’eux.

Quel est le meilleur conseil que vous souhaitez que quelqu’un vous ait dit avant de commencer à concourir?

Le meilleur conseil que n’importe qui aurait pu me donner avant que je commence à participer à des triathlons était de cibler la zone la plus faible de ma course à l’entraînement plutôt que de mettre le plus l’accent sur ceux que je savais que je pouvais bien performer.

Quels sont vos objectifs pour 2017 ?

Je suis entré dans les qualifications européennes pour le triathlon en Septembre et mon objectif est de donner ma meilleure course possible là-bas dans l’espoir de se qualifier pour l’équipe gb groupe d’âge.

De qui vous inspirez-vous ?

Ma plus grande idole dans tout le sport est sans aucun doute Alistair Brownlee. Après l’avoir vu dominer les Jeux olympiques en direct à la télévision et en vidéo, je l’ai suivi dans presque tous les aspects de sa carrière. Je trouve son parcours de triathlon relatable à celui que je vis maintenant, venant d’un fond de natation à peu près au même âge. La façon dont il gagne presque toutes les courses dans laquelle il participe avec un tel style et détermination est impressionnante et m’a fait vouloir devenir champion olympique un jour.

Qu’est-ce que vous aimez chez Sundried et quel est votre morceau préféré de notre kit?

J’aime le fait que la marque crée des vêtements d’athlétisme qui soutient ceux qui sont dans le besoin tout en fournissant des équipements de haute qualité. J’aime beaucoup le look du Sweat à capuche Grande Casse et des collants d’entraînement Roteck 2.0.

x
x