Triathlète triathlon

En bref, je suis content d'avoir survécu, c'était un peu toucher et aller là-bas vers la fin ! 2017 a été une longue année avec beaucoup de hauts et quelques bas. Voyons si je peux en partager quelques-uns ici.

J'ai commencé la saison avec un combo de triathlon de duathlon à Eton Dorney Lake et Crystal Palace respectivement. En bref, ça a été meilleur que ce que j'espérais ; j'ai réalisé la première place à Eton Dorney et la deuxième à Crystal Palace où j'ai passé huit secondes à la victoire et j'ai raté le record de cours de vélo.

Ma première course clé était Ironman 70.3 St. Polten en Autriche.

Une course connue pour une longue sortie australienne (nager, sortir de l'eau, courir un peu puis plonger et nager à nouveau), un parcours de vélo difficile où vous escaladez une montagne de 600 m à 60km puis un "pan plat" le long de la rivière locale. J'ai été formé pour ça, j'étais prêt pour ça. Je n'étais pas prêt pour le temps. La pluie torrentielle sur la journée de la course a fait de la moto un peu sommaire sur les descentes, mais mes compétences en vélo de montagne ont été utilisées pour le bon effet et m'ont fait passer. La course a fini par être une traînade boueuse vers le haut et vers le bas des berges. Je me suis juste dit que tout le monde avait les mêmes conditions pour faire face à cette situation. Le résultat, 4e amateur dans son ensemble et une victoire de groupe d'âge.

Course de triathlon trisuit trisuit

J'ai eu un mois jusqu'à ma prochaine course, Ironman 70.3 Staffordshire.

Disons simplement que la combinaison d'une autre mécanique, d'une surentraînement, de la fatigue générale et de la température de la journée de course de trente degrés (la plus grande partie de ma formation est en Norvège, un peu froid) signifie que j'ai sous-performé ici. Les mots " qui ont volé 50 watts? ! ont été parlées. J'ai appris à faire l'Ironman shuffle ce jour-là, très humble en effet. Je remercie les bénévoles de la journée de la course qui m'ont pris soin. Néanmoins, le 30e général n'est pas trop ticheux !

Ensuite, la vague d'élite de la Outlaw Half Holkham.

Outlaw (Événements du BSF) savent organiser une course, et à part un hoquet, ils n'ont pas échoué ici. Un lac à la nage, un vélo de campagne et une course autour des terrains d'une belle vieille maison de campagne anglaise. Le petit hoquet, le mauvais chapeau à la nage, signifiait que je n'avais pas le droit de commencer avec les élites et que je devais commencer par les vagues du groupe d'âge. En partie à cause de ma faute, j'aurais dû vérifier l'information de plus près. Malheureusement, ma vague pensait qu'il était préférable de se battre pour une pulpe plutôt que de nager en avant. Ouch. J'ai finalement trouvé de l'eau claire et j'ai été libéré pour nager ma propre course, en sortant de l'eau quelque part dans le top 10.

Onto le vélo que je suis allé et 30 km dans ma chaine coincé dans mon avant mech ! Deux minutes et un trisuit huileux plus tard, j'étais en congé, seulement pour une catastrophe à frapper à 80km-mon shifter s'est fait nettoyer ! Après avoir ramassé les morceaux, j'ai pédé. Le 10km final était un mélange de bandes dessinées sur les bas et priant mes genoux ne exploserait pas sur le chemin de retour ! La course est relativement calme.  Une 10e place surprenante dans son ensemble et un vœu de revenir l'année prochaine.

Thorpe Park Olympic et le triathlon de Cowman Middle.

Thorpe Park n'était qu'une semaine après Outlaw Holkham. J'ai juste pensé, qu'il y a un go, pas d'attentes, pas de pression, qu'il y ait du plaisir. J'ai pris près de sept minutes de ma nage la plus rapide de 2016, biked fortement et couru avec sensibilité, et gagné la course aussi ! Chez Cowman, je voulais me concentrer sur le processus de ma course et ne pas avoir la pression de courir avec tous les grands noms.  Il s'est avéré que l'ex-champion du monde de Formule 1 (et le triathlète rapide) Jenson Button utilisait aussi cette course comme une course à la hauteur. Super, pas ! Après la meilleure baignade de la saison, jusqu'à présent, il était temps d'exécuter mon plan-rouler seul à une constante de 300 watts pour 90km. Je peux maintenant affirmer que Jenson Button a stared à mon extrémité arrière pendant deux heures, ha ! J'ai mis un peu de gaz sur le T2 et j'ai pris cette élastique une fois pour toutes. Ma troisième victoire globale de l'année dans le sac.

Triathlon triathlète course course Sunséché activewear

En septembre et Ironman 70.3 Cascais, Portugal.

Pourquoi cette course? Eh bien, il a ajusté le calendrier et a eu un parcours intéressant avec un plat à crêpes (toux toux) courir le long du front de mer. À l'heure actuelle, la longue saison a été rattrapage avec moi alors que j'avais ramassé une des séries de rhumes. J'étais en train de débattre de la question de savoir s'il fallait ou non commencer comme je le ressentaais. Pendant la nage, j'ai cru que j'avais pris la mauvaise décision. J'ai commencé à monter un peu sur le vélo et je suis content d'avoir fait, ce qu'un cours. 40km de tête descendant le long d'une autoroute suivie d'une courte, forte puissance monte dans les forêts de montagne, un circuit de la piste de course d'Estoril, puis quelques descentes de twisty en bas à la mer. Je n'ai jamais été sorti de mon plus gros équipement depuis si longtemps, touck tout le chemin !

J'ai appris à ne jamais faire confiance aux organisateurs de courses qui annoncent une course à plat. Ils ont dû oublier d'inclure l'ascension totale de 300m sur celle-ci. Oh bien, puis vers le haut, puis vers le bas. J'ai pris un petit ventre qui tournait autour d'un tour mort à l'extrême fin du cours. Après avoir dit à moi de boire un pinte de ciment proverbial, je suis à nouveau allé. J'ai tenu et j'ai ramené chez moi une sixième place sous le choc, 3e amateur et un autre groupe d'âge. Bosh !

Ironman 70.3 Weymouth a été la finale de la saison deux semaines plus tard.

L'homme j'étais dessus, je ne voulais pas courir. Je voulais manger de la pizza et boire de la bière, mais les entrées de course Ironman ne sont pas bon marché, donc vous feriez mieux de l'utiliser ou de la perdre ! J'ai eu mon acte ensemble, j'ai fait mes valises et je me suis dirigé vers le sud. La baignade dans la baie de Weymouth peut être décrite par deux mots: "lavage" et "machine". C'était dur. Je ne pouvais pas voir les bouées et j'ai continué à penser "Je suis seule, je suis parti hors cours !", jusqu'à ce qu'une vague soit arrivée et m'a jeté dans une autre pauvre âme qui lutte pour la survie dans la Manche.

J'ai commencé la moto. Mes mains étaient engoures, mes pieds étaient engoures, même ma poitrine s'engourait. Est-ce même possible? ! Pour les 40 premiers kilomètres, j'ai dû changer les deux ensembles d'engrenages avec ma main droite, ma main gauche était inutile. J'admets à un moment de faiblesse ici, j'ai envisagé d'escaladez mon vélo et d'attendre que le chariot de balai me porte et que mon club revienne à la ville. Heureusement, la température de l'air a commencé à augmenter et c'est ainsi que ma température corporelle m'a permis d'augmenter l'intensité et de commencer à laisser tomber des bazookas.

Le cours de course à Weymouth est en fait plat à crêpes, mais aussi très venteux. Trois tours, le vent arrière, le vent arrière. C'est un bon cours pour les supporters, car c'est en haut et en bas de la promenade de la plage passée des huttes classiques de la plage britannique. Ça s'est avéré être dur, mais je l'ai fait. Je suis vraiment content que je me suis battu à travers celui-ci alors que j'ai fini par avoir beaucoup de plaisir à essayer de donner des leçons de jeune gars sur la façon de dire mon nom deux fois chaque tour, non ce n'est pas Varnish, essayez à nouveau !. 14e total, 4e amateur et une dernière victoire de groupe d'âge dans le sac.

Rapport sur la saison de triathlon des activeaux-solaires

Donc c'est 2017 dans toutes ses saveurs.

Quelques courses dans de beaux endroits, une météo peu enviable, beaucoup trop de mécaniciens (j'ai fait du shopping à vélo) quelques victoires et beaucoup de podiums de groupe d'âge en cours de route. Je peux heureusement dire que j'ai mangé à la fois de la pizza et de la bière en buvant, j'ai rattrapé des amis négligés, j'ai pédé sur ma moto sans un mètre électrique et j'ai même regardé quelques épisodes de Star Trek (pas même un peu embarrassé). La formation pré-saison se profile à l'horizon et l'envie d'ouvrir des Peaks de formation me fait pleurer. Étrangement, je ne peux vraiment pas attendre. Espérons qu'il en sera de même en 2018.

Je dois dire un merci spécial à ma fiancée pour m'avoir soutenu à travers tout cela même si elle a déjà une plaque complète et la pousse à la plupart des mêmes courses aussi, mon entraîneur Terry Collins à Triforfitness dont le régime d'amour dur me voit toujours bien, et finalement à Sunséché pour m'assurer que je regarde toujours la partie même quand les choses peuvent ne pas aller à la planification.

x
x