Christine Lutsch Équipe GBR Groupe d'âge Triathlon Triathlon

Christine est une triathlète de groupe d'âge Team GB qui a été sportive depuis qu'elle était enfant. Elle parle à Sunséché des hauts et des bas de la course.

As-tu toujours été dans le sport?

Assez bien. J'ai appris à nager à un très jeune âge et j'ai toujours été impliqué dans le sport scolaire, quelle que soit la forme ou la forme qu'il a prise, qu'il s'agit de piste et de terrain, de cross country, de natation, de netball, de hockey ou de tennis.

Qu'est-ce qui vous a fait décider d'entrer dans le triathlon?

En tant qu'adolescent, j'ai participé au biathlon (un peu dépassé maintenant, c'était une course de courte distance et un événement de natation). C'est là que j'ai entendu parler du triathlon pour la première fois et j'ai décidé que c'était quelque chose que j'avais à faire ! Ce n'est que quelques années plus tard qu'un ami est entré dans une course et a demandé si je voulais la rejoindre. À l'époque, je n'avais pas de vélo, alors j'ai emprunté un vélo de montagne à son frère. Je me souviens que la jambe de vélo était de 3 tours de 7 km et n'ayant pas de compteur de vitesse je pensais que j'étais fait après le premier tour, pour être dit que j'avais 2 tours de plus à faire, ça se sentait comme une éternité !

Quelle a été votre meilleure course à ce jour?

Il doit s'agir du championnat du monde des groupes d'âge de l'UIT à Londres 2013. C'était une année difficile pour moi parce que j'ai dû quitter les Européens pour cause de maladie, mais j'ai continué la formation aussi dur que les circonstances le permettaient. Pour ce qui est de la position, je n'ai pas été placée aussi haut que j'aurais aimé, mais j'ai vraiment senti que j'avais tout donné et je n'aurais pas pu faire mieux ce jour-là.

Et votre plus grande fierté?

Running my 10km PB with my coach there support the race !

Avez-vous déjà eu des catastrophes de course / votre course la plus difficile?

Beaucoup ! La moto perdue à Dambuster ! J'ai littéralement couru vers le haut et vers le bas à travers la transition quelques fois avant de me trouver à mon vélo. Sur le vélo, je me souviens d'être coincé derrière un gros camion à un moment ou un autre, et il a commencé à pleuvoir à mi-chemin du vélo. J'étais si froid à ce moment-là que lorsque je suis revenu en transition, j'avais peur de me mettre les pieds dans mes chaussures par peur de briser un orteil depuis qu'ils étaient complètement engourts. Il a fallu la plus grande partie de la course pour finalement se réchauffaller.

J'ai fait plusieurs choses stupides comme de monter mon vélo tout en restant en transition et en oubliant de mettre ma ceinture.

En termes de courses les plus difficiles-la seule fois où je me suis effondrés à la ligne d'arrivée était au duathlon Dragon Slayer. J'avais de terribles crampes dans mes quads et j'ai dû arrêter et étirer quelques fois pendant la course. Je pense que c'est quand j'ai décidé que le duathlon n'était pas vraiment pour moi ! J'ai couru mon premier marathon cette année et c'était la plus dure épreuve sportive que j'ai jamais faite. Beaucoup de respect pour ceux qui courent régulièrement des marathons, et les dirigent bien à ça !

Comment surmonter les revers?

Peut-être que pour moi, la partie la plus difficile des revers est de les accepter. Plus souvent qu'autrement, ils sont hors de mon contrôle et, en général, ils se produisent pour une raison. Alors j'essaie de ne pas me battre et d'apprendre de l'expérience. Je me permetais aussi de m'en sortir quand j'en ai besoin.

Quel est le meilleur conseil que vous avez souhaité à quelqu'un avant de vous lancer en compétition?

Plus vous obtenez, plus la concurrence devient dure. Mon conseil est d'être très honnête sur ce que sont vos objectifs et de trouver le meilleur moyen pour vous d'atteindre vos objectifs, sans jamais oublier ce que tout le monde pense que vous devriez faire. Si vos objectifs sont de finir une course particulière peut-être dans le cadre d'un groupe social, alors trouvez ce groupe où vous serez soutenu dans un environnement convivial. Si vous souhaitez le prendre plus au sérieux, trouvez le club ou le groupe qui s'alignera sur vos objectifs, ou travaillez avec un coach individuellement.

Quels sont vos objectifs pour 2017?

Mes principaux objectifs cette année étaient de se qualifier pour le groupe d'âge GB ITU Rotterdam et pour les Européens en 2018 (pour lesquels les épreuves de qualification ont eu lieu cette année). Je suis heureux d'être en compétition à Rotterdam. Ça a été une saison difficile après quelques années au large du circuit, donc je vais lui donner mon meilleur coup, puis prendre une pause post-saison et commencer à construire vers l'année prochaine.

De qui vous inspirez-vous de votre inspiration?

Il serait impossible d'exclure une personne en particulier. L'inspiration se présente sous de nombreuses formes différentes-des encouragements ou des conseils de mon entraîneur ou d'un autre athlète, voyant les autres surmonter l'adversité, maintenir leur intégrité et sortir de l'autre côté plus fort qu'avant, avec des amis et de la famille. Il y a tant d'athlètes dans le monde qui font des choses absolument remarquables tout le temps, la liste est sans fin.

Qu'est-ce que vous aimez Sunséché et quel est votre bit préféré de notre kit?

Ce que Sunsécher fait vraiment résonner avec moi. En ce jour et à l'âge, nous ne pouvons pas fermer les yeux sur la façon dont notre mode de vie a fait des ravages sur la planète, et je me réjouis qu'il y ait des gens et des entreprises qui essaient vraiment de faire ce qu'il faut. Qu'est-ce qui n'est pas à propos des vêtements de sport éthiques qui semblent super, a une faible empreinte carbone, utilise des matériaux recyclés et travaille avec des organismes de bienfaisance en haut?

x
x