athlète de tennis en fauteuil roulant

James est un athlète de tennis en fauteuil roulant qui joue depuis plus de 15 ans. Il parle à Sundried de la vie d'athlète.

Qu'est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans le tennis?

En grandissant, j'ai toujours voulu être un coureur comme mon père, mais en raison de la paralysie cérébrale de la naissance, mes parents savaient que ce serait difficile à poursuivre. Parce que je ne cessais de demander à faire du sport, j'ai été emmené à une journée d'invalidité où j'ai pu essayer beaucoup de sports différents et c'est là que j'ai joué au tennis pour la première fois.

Ce que j'ai aimé dans le tennis depuis le début, c'est comment les joueurs en fauteuil roulant pouvaient jouer avec ou contre des joueurs valides, le seul changement de règle étant l'option d'un deuxième rebond dans le jeu en fauteuil roulant. Tout ce que je voulais, c'était être impliqué dans le sport avec mes amis et ma famille, donc cela m'a motivé à poursuivre le tennis dans l'espoir de pouvoir les défier à un match.

Qu'est-ce que tu aimes le plus dans le tennis?

C'est la variété de tennis que j'apprécie le plus car aucun jour n'est jamais le même. Les joueurs de tennis doivent être forts, rapides, agiles et évidemment bons techniquement, de sorte que certains jours seront plus basés sur la force ou le pouvoir, et d'autres peuvent être basés sur des discussions tactiques approfondies; cela a gardé le sport intéressant pour moi même après l'avoir joué pendant plus de 15 ans.

Quelle a été votre compétition préférée et pourquoi?

Le British Open a toujours été ma compétition préférée sur le calendrier car ce n'est pas seulement la plus grande de Grande-Bretagne derrière Wimbledon, c'est aussi ma compétition locale. J'ai commencé à jouer sur place à l'âge de 7 ans; c'était ma première compétition, et maintenant je peux revenir jouer devant tous mes amis et ma famille qui m'ont soutenu et ma carrière de tennis qui me fait faire le tour du monde. J'ai hâte de revenir sur le court devant une foule l'année prochaine!

Parlez-nous de votre programme de formation.

Je suis un joueur de tennis à plein temps, alors je m'entraîne 6 jours par semaine. L'entraînement consiste normalement à me lever à 6h30, à faire mes étirements matinaux et à faire des mouvements pour m'assurer que je suis prêt pour l'entraînement, puis je vais au centre de tennis et fais 3 heures sur le court, avant de terminer par une séance de gym ou de vitesse . Ma journée se termine normalement par plus d'étirements et une sieste pour m'assurer que mon corps est en parfait état pour le lendemain

Suivez-vous un régime spécifique? Si oui, quoi / quand mangez-vous?

Mon régime est quelque chose qui change en fonction de mes objectifs dans différents blocs d'entraînement, car parfois je veux ajouter du muscle et d'autres fois j'ai besoin d'être plus maigre. Le principal objectif de mon régime est d'obtenir suffisamment de calories pour alimenter mes charges d'entraînement élevées. Je brûle souvent plus de 3500 calories par jour, alors j'ai un régime riche en glucides (normalement beaucoup de pain, de pâtes et de pommes de terre), avec 4 bonnes sources de protéines tout au long de la journée, et évidemment beaucoup de fruits et légumes pour obtenir les vitamines et minéraux dont j'ai besoin. Mon régime pendant la compétition est le même que chez moi, mais j'ai souvent besoin de suppléments pour remplacer certains repas car la même nourriture n'est pas toujours disponible.

Quels défis avez-vous rencontrés depuis que vous avez commencé à jouer au tennis en compétition?

Le principal défi auquel j'ai été confronté lors de mes débuts en compétition est mon manque de vitesse sur le court qui a entraîné beaucoup de rejet lorsque j'ai voulu faire irruption dans la configuration britannique. Parce que ma paralysie cérébrale affecte la coordination de tout mon corps, j'ai eu du mal à pousser ma propre chaise manuelle. On m'a donné une chaise électrique pour me déplacer, ce qui m'a bien sûr rendu encore plus faible et plus lent, et j'arrivais donc à beaucoup moins de balles que mes concurrents ne le pouvaient. Cela a demandé beaucoup de travail, mais avec l'aide de grands entraîneurs autour de moi qui ont la même motivation pour trouver des moyens d'améliorer mon jeu, je suis maintenant l'un des joueurs les plus rapides de ma division.

Qui vous inspire?

Mes parents ont toujours été ceux qui m'ont inspiré à travailler dur et à faire du sport, et ils sont la raison pour laquelle je suis dans la position que je suis aujourd'hui; en tant que championne du monde par équipe, championne nationale et athlète à plein temps.

Quels conseils souhaitez-vous recevoir lorsque vous avez commencé?

La leçon que j’aimerais avoir apprise tout à l’heure, c’est que l’échec est correct. Quand j’ai commencé, j’étais tellement inquiet de faire des erreurs parce que je sentais que je devais toujours faire mes preuves en raison de mon handicap. Cependant, au fil des ans, j’ai réalisé que tout le monde qui devient un succès a eu des échecs en cours de route, et la raison pour laquelle il ne les définit pas, c’est parce qu’ils ne le laissent pas les arrêter. Maintenant, je me mets au défi de faire des choses que je ne sais pas si je peux faire parce que même si j’échoue, je sais que les leçons que j’apprends de mes erreurs m’aideront à devenir plus grand à l’avenir.

Quels conseils donneriez-vous aux autres athlètes en fauteuil roulant?

Mon conseil aux autres personnes en fauteuil roulant est de continuer à s’adapter et de trouver un moyen de faire ce que vous voulez dans la vie. Je m’entraîne comme une personne valide tous les jours et puis faire des adaptations le long du chemin si nécessaire. Si vous êtes si inquiet au sujet de votre handicap vous empêchant de faire quelque chose et puis vous n’essayez pas, vous ne saurez jamais de quoi vous êtes capable. Je voulais être un coureur et je ne savais pas s’il serait possible pour moi de faire n’importe quel sport, mais j’ai essayé beaucoup de différents et finalement trouvé le tennis qui m’a non seulement donné la force d’être complètement indépendant, mais aussi la confiance que je peux faire tout ce que je veux dans la vie.

Pourquoi travailler avec Sundried ?

J’ai d’abord vu les produits Sundried sur les médias sociaux et j’ai adoré leur look. J’ai trouvé beaucoup de produits similaires pour des prix très élevés et j’ai été heureux de voir séché au soleil étaient beaucoup plus loin pour la même qualité. En lisant leur histoire, j’ai découvert que beaucoup de produits sont créés durablement, ce qui est quelque chose que je suis très motivé vers et j’espère que plus de gens seront à l’avenir ainsi. J’ai hâte d’avoir un avenir à long terme avec Sundried.

Related Posts

Recette de Sundae à la crème glacée végétalienne
Recette de Sundae à la crème glacée végétalienne
Un grand merci à l'équipe de Vega® pour cette recette. 4 personnes | 20 minutes de préparation Glace vegan maison, y ...
Recette de S...
Ce que je mange en une journée – Ian Seeney Triathlète
Ce que je mange en une journée – Ian Seeney Triathlète
Ian Seeney est un pilote d’entreprise qui signifie voyager beaucoup pour le travail au-dessus de la formation de tria...
Ce que je ma...
Ce que je mange en un jour – Sam Hudson Triathlète
Ce que je mange en un jour – Sam Hudson Triathlète
La nutrition n’a jamais été quelque chose qui m’inquiétait particulièrement jusqu’à ce que je m’implique dans le tria...
Ce que je ma...
  • Posted byAlexandra Parren /
  • Ambassador
x
x